Dans la série des billets d’humeur

La SACEM !! On ne change pas une équipe qui … gagne sur tous les fronts !

Reçu cette semaine, un joli papier qui ressemble à une injonction de payer façon quittance. Devinez quoi !

Petite historique d’abord, je vous encourage à aller lire mon post précédent, où je parlais de la lenteur abyssale de la SACEM pour s’acquitter des redevances aux artistes (on parle quand même d’un an et des brouettes, en l’occurrence 16 mois à ce jour, et toujours pas réglée..)

Et bien à l’inverse, je viens de recevoir un ordre de payer, augmenté de pénalités de 10% pour non-respect des délais, pour la déclaration des œuvres que nous avons jouées le 26 novembre 2010 au théâtre de la Reine Blanche.

Petite explication s’impose : quand on est co-producteur d’un concert, ce qui était le cas, on doit (on n’a pas le choix) envoyer à la SACEM avant le concert la liste des titres que l’on va interpréter sur scène.
Après le Concert, il faut leur envoyer un tableau des recettes/ dépenses dans les 10 jours. Déjà une paperasse administrative de récupération de factures, de courrier…. Bref tout ce que l’artiste déteste mais que son alter ego le producteur doit assumer (oui, c’est bien de dichotomie dangereuse dont je parle, quand on a monté son petit label d’auto-production où l’on est son propre artiste) !

Continuons ! Sous couvert de devoir rétribuer les artistes à hauteur de leurs parts déclarées, la SACEM vous envoie ensuite une facture que vous devez régler dans les 10 jours. ..
Délai déjà un peu irréaliste surtout quand il y a entre temps les vacances de Noël, la trêve des confiseurs, et les incidents climatiques où l’on ne peut pas mettre le nez dehors !!! Broutille…

La SACEM calcule ensuite son dû.. Appelons cela une prise de bénéfice sous forme d’un pourcentage !!! et l’artiste doit en toute normalité et bienséance retrouver sur sa redevance SACEM une partie de ce que le producteur a payé.
Sauf que là, je suis à la fois le producteur et l’artiste… Et que donc, je VOIS TOUT.. Ou plutôt je ne VOIS RIEN .. VENIR ! Et que sur le concert de septembre 2009, je n’ai toujours pas reçu ma redevance artiste.

J’aurais pourtant bien voulu, comme je le fais régulièrement, faire le mécène et ré-injecter un peu de mes “pépettes” personnelles/redevances artiste, sur mon compte courant Producteur (label CATGANG) pour avoir un peu de trésorerie. On va dire que cela m’aurait permis de faire les vases communicants avec la SACEM.
Ben non !!!

Au fait, j’ai reçu cette injonction avec les pénalités, alors que mon chéque était parti il y a plus de 48 heures… Car La SACEM, c’est aussi un grand bordel ! Trop de monde, et la distribution du courrier.. Je sais pas….
Bon ! J’arrête le vinaigre.. Et je vais aller me beurrer une petite biscotte sans gluten pendant que je vais réfléchir au montant des pénalités de retard que je pourrais leur infliger pour la redevance “fantôme” de septembre 2009, !!!!

S A C E M Société des Auteurs Compositeurs de Musique… Il faut quand même le rappeler !

10 comments to Dans la série des billets d’humeur

  • Dominique Derwa

    Bonjour,
    nous lançons un service de traçabilité audio sur les radios et télévisions monde, en temps réel. Notre version Beta Privée sera en ligne Lundi 14/2.
    En vous rendant sur le site http://www.kollector.com, vous pouvez accéder à votre demande d’inscription, qui sera suivie d’une confirmation de notre part. Celle-ci vous permettra de recevoir un compte personnalisé, sur lequel vous pourrez uplodaer les morceaux dont vous souhaitez suivre la diffusion. Nous avons actuellement +/- 300 flux en écoutes, répartis sur plusieurs pays. Ce nombre sera très rapidement en croissance. La version Beta Privée est gratuite !
    Ce modèle de suivi de la diffusion vous permettra de connaître en temps réel l’utilisation de vos morceaux, et vous aidera dans la gestion de vos droits.
    Cordialement.
    Dominique
    http://www.kollector.com

  • [...] This post was mentioned on Twitter by Valery__, Gabriel Hallé TEAMS. Gabriel Hallé TEAMS said: interessant post de @watine sur la Sacem. Payer & se faire payer..forcément ca marche mieux ds un sens que ds l'autre.. http://bit.ly/hnP6pJ [...]

  • Tink75

    Chère Watine
    c’est affligeant – et je pèse mes
    mots – de constater qu’une artiste-producteur censée avoir un minimum de professionalisme ne connait visiblement rien au fonctionnement de la gestion collective. Quelques perles de mauvaise foi que je relève rapidement ds votre prose:
    1) vous vous étonnez que la Sacem demande la liste des titres joues : pouvez vous m’expliquer, sans une telle liste, comment ils feraient pour repartir les sommes œuvre par œuvre ? Croyez-vous qu’ils aient la capacité de diviner ce qui va être interpreté ?
    2) ils mettent du temps à répartir : sans blague ? Il y a 132 000 sociétaires à la Sacem, et des dizaines de millions d’oeuvres. Vous vous pensiez peut etre unique ? Et combien de temps ça prend, à votre avis, d’intégrer l’ensemble des programmes de concert et de repartir pour chaque œuvre jouée ? Peut etre préféreriez-vous une répartition « à la louche » ? Comme ça les créateurs modestes comme vous seraient assures de ne jamais rien toucher !
    3) vous etes a la fois auteur, compositeur, interprète et producteur: grand bien vous fasse, bravo! Mais vous etes une exception : tous les createurs ne sont pas interprètes, et encore moins producteur. La Sacem s’occupe exclusivement de la catégorie des créateurs : vos histoires de vases communicants, super, sauf qu’on ne peut faire de l’exception une règle. Ce qui fonctionne moyennement pour vous marche en revanche pour les AC et éditeurs plutôt pas mal. Encodée une fois : les créateurs ne sont pas forcément les interprètes qui sont sur scene. Il faut bien cependant qu’ils soient payes et ce n’est pas via des cachets, mais via la gestion collective.
    3) vous avez un rappel et vous vous plaignez: encore une fois, c’est parce que vous mélangez toutes vos casquettes ! Les auteurs compositeurs et éditeurs sont plutôt contents de savoir que leur boite fait son boulot de recouvrement des droits efficacement, merci !
    Bref, des lieux communs et beaucoup d’humeur mais pas beaucoup de réflexion sur le fonds !
    Tink75

    • Mr ou Mrs TINK75
      JE pré-suppose que vous êtes directement ou indirectement lié à la SACEM pour avoir une réponse aussi formalisée..
      Effectivement, cela fait toujours mal où çà touche !
      IL ne faut pas prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages… explication wikipedienne : “Rita va jouer de ses relations, notamment amoureuses, parmi les truands pour obtenir sa part dans un partage de lingots d’or. Jacky réussit à braquer un chargement d’or, mais Fred (le fiancé de Rita) l’élimine et met la main sur le butin. Malheureusement, il se fait doubler par Charles “le téméraire” qui s’est associé opportunément à Rita. Charles trahit Rita en ne lui versant pas sa part du magot. Celle-ci va se plaindre à sa tante Léontine.”
      Trêve de plaisanteries !!!!
      Avez-vous au moins lu le post qui était rattaché ?? et que je vous invite à lire alors… ce qui a déclenché ce billet d’humeur que je trouve parfaitement sain !! une bonne façon de ne pas s’empoisonner avec les petits soucis de la vie !
      Votre réponse est l’arbre qui cache la forêt et cela n’engage que vous de considérer que je ne peux comprendre comment vous fonctionnez, je n’ai pas à vous démontrer mes capacités intellectuelles. Sans blague ! (je vous cite). je connais parfaitement les rouages de cette grande machine. et il est impardonnable qu’un dossier de déclaration d’oeuvres dorme une année avant d’être envoyé pour règlement ! Cela c’est un fait ! Et il est juste risible de se faire rappeler pour un règlement alors que cedit règlement était effectué depuis 48 heures. Juste risible, juste risible.. et de quoi alimenter mon blog.
      Ravie de voir néanmoins que ce blog fait réagir.. allons, un peu d’humour ! laissons les petites gens se plaindre entre eux.. n’est-ce pas ?
      Peut-être avez-vous eu la curiosité d’aller écouter la musique qui occupe plus de 90% de cet espace.
      JE vous souhaite une bonne journée.

  • Je te souhaite bien du courage.
    Maintenant que la désacralisation de monde est achevée, il est livré aux puissances de l’argent et aux marchés financiers. Alors, comme je le dis dans la devise de mon blog: « l’essentiel, c’est l’Amour ».

  • Ced

    Alala, si seulement la SACEM savait que je ne déclare pas toutes mes oeuvres…C’est parfois plus facile de gérer nos droits nous-mêmes…parfois…
    N’empêche, peut-être qu’un jour je me ferai radié de l’ordre des auteurs-compositeurs pour cet affront.

    Bref, tout ça pour te dire que tu as tout mon soutien ;)

    ++

  • Chère Watine,
    j’ai vécu un truc du même genre pour notre concert avec A Guy In light à la Scène Bastoche en 2008 (ce me semble…).
    J’ai discuté de ce genre de problème avec un membre de la Commission des variétés (sic) de la SACEM à l’un des Rendez-vous que la dite SACEM organise entre auteurs-compositeurs et éditeurs, Laurent Ganem pour ne pas le nommer. Je lui ai également touché deux mots des SDRM que l’on doit avancer puisqu’en grande partie reversés – bien – plus tard.
    Contrairement à ce que croit M. ou Mme TINK75 (probablement apparenté à la vieille maison), les artistes sont malheureusement de plus en plus auto-producteurs, ce dont ne tient absolument pas une société qui est dans son fonctionnement d’une lenteur vertigineuse… Le même Laurent Galem me conseillait d’ailleurs lors de cet échange de venir aux petits-déjeuner de la SACEM afin de les sensibiliser aux nouvelles réalités artistiques!!!! Mouarfffff !!!
    L’est gonflé le gars (ou la fille) quand même de te reprocher (à tort) de ne pas maîtriser le sujet: je serai pour le moins surprise qu’il ou elle soit capable de gérer la moitié des trucs que je te sais faire (et pour cause). Ah, le doux anonymat du net….
    Pour finir, je précise que la plupart des artistes rencontrés au rendez-vous SACEM étaient leur propre producteur….
    Courage, on les aura ah ah ah ;)
    Coco

  • Cher Watine,
    cela fais plaisir de voir que je ne suis pas le seul à avoir des déboires avec la SEACEM (société des escrocs des auteurs compositeurs et éditeurs de musique)…
    Voila ma petite histoire…

    Nous avons monté un petit groupe de chanson il y a quelques temps et en septembre 2008, nous jouons au sentier des halles.
    La Sacem nous envoie donc la note (aucune des oeuvres jouées n’étaient à l’époque déposé et aucun des AC adhèrents de la SEACEM).
    Novice en matière de droits d’auteurs, nous avons donc réglé cette facture (qui n’était pas valable puisqu’aucune oeuvre n’était déposée).

    Après s’être renseigné sur les droits d’auteurs en général, nous avons constaté cette irrégularité et demandé le remboursement à la SEACEM.
    Impossible à moins d’avoir des recours judiciaires (j’ai que ça à faire que de mettre la SEACEM en procès pour 120€…).
    Du coup, pour récupérer notre du, les différents AC du groupe adhérons à cette obscure société d’escrocs afin de récupérer l’argent versé à tort par notre asso(un peu comme toi, on voit tout(ou plutôt rien) car nous sommes producteurs, artistes et ayants-droits…).
    Fin 2010 et après avoir bataillé, nous récupérons notre du. Mais pas tout, car n’ayant que 4 oeuvres et tant qu’auteur, pas de possibilité d’adhérer en tant qu’auteur, donc la SEACAM garde les sous.
    Ce qui veut dire que pour tous les AC ayant moins de 5 Oeuvres dans la catégorie, la Sacem percoit mais ne redistribue pas un centimes!!!.

    Plus tard, ayant 5 oeuvres, j’adhére en tant qu’auteur. Je demande donc que l’on me fasse les régul pour tous les concerts, disques etc… ou la SEACEM pensait garder la totalité des droits.
    Or, une première fois, pas de régul, je n’aurais soi-disant pas renvoyé les actes d’adhésion.
    La SEACEM me renvoi donc les statuts que je leur retourne signé, et la, la régul devait être faite en Avril 2011.
    Toujours rien …
    Je les contacte à nouveau aujourd’hui, et la, petite blague, ils n’ont pas reçu les statuts. Incroyable ce que la poste peut perdre comme courrier!!!

    Le plus rigolo dans l’histoire est qu’aux yeux de la Seacem, je suis auteur 361jours/an (pour percevoir les droits lorsque mes morceaux sont joués/diffusés), et que, les quatres jours par an ou les répartitions ont lieu, je sors des listing! Comme la poste, les bases de données peuvent vous jouer de sacré tours!!!

    Bref, entre les perceptions à tort et les temps de redistributions catastrophique(lorsqu’elles ont lieu correctement), cette société est une calamité.

    Pour Tink75, le gars de la Sacem qui veut nous expliquer qu’il n’est pas possible d’aller plus vite, je lui répondrais simplement qu’il vis grâce à nous (je doute qu’il ne soit pas se la SEACEM), et que si la SEACEM à les moyens d’avoir un bâtiment monumental à Neuilly et de payer son patron 363908€/an (cf http://www.lepoint.fr/archives/article.php/442942), il faut que cette société change de métier!!!

    Bonne continuation à tous!
    Retirez-vous de la SEACEM!

  • [...] d’œil amusant à la vie… il y a quelques mois, je faisais part de mes quelques démêlés avec la SACEM dans mon blog. Je dois à la vérité de dire qu’ensuite, j’avais eu un appel des services de vérification [...]

Leave a Reply

 

 

 

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>