DÉCOUVREZ LE NOUVEAU CLIP

Le nouveau clip pour le titre Les Appalaches est sorti, il a été réalisé et dessiné par Johanna Hand une jeune artiste au talent évident, voici ses mots à propos de son travail :

J’ai écouté ce morceau, croisé par hasard, durant deux ans. Ses couleurs, le texte, les accords, je me sentais chez moi. Lorsque des amis venaient à la maison et que Les Appalaches se jouait dans mon salon, je leur disais « Écoute ce morceau. Un jour j’en ferai une photo à offrir à l’auteure. Un jour, je travaillerai sur ses notes ». Bien plus tard, je postais le visuel de ma bannière web sur mon réseau social, et recevais un retour … « Bonjour, j’aimerais bien un visuel … Signé Catherine Watine ».
Le visuel est devenu un clip pour l’album Atalaye. J’ai eu la possibilité de choisir ce titre en particulier, et de l’illustrer dans la plus grande liberté de choix, un vrai cadeau à mon souhait.

Et un lien pour découvrir son univers :
http://intramorphizme.canalblog.com/archives/2015/10/19/32797639.html

Ils en parlent ! 

Benzine MagazineDenis Zorgniotti : Nouvel extrait d’Atalaye, le nouveau disque en français de Watine. Une nouvelle occasion de plonger dans l’univers étrange et pénétrant de la Française. Réalisation (vidéo et dessins) par Johanna HAND.

IndiepoprockYan Kouton : De somptueuses images, illustrant la douceur, la subtilité, mais aussi la pointe d’amertume de cette chanson. Aérienne et délicate. Issue de l’album Atalaye. Disque charnel, organique, envoûtant.

Soul Kitchen (Le Son du Jour)Gui Mauve : Un voyage intérieur et organique où se mêlent nature et poésie, dessins et pétioles, bâtissant peu à peu les nervures d’un monde féerique réalisé par la main verte de Johanna Hand.

IndiemusicRaphaël Duprez : En un peu plus de quatre minutes, Watine et Johanna Hand explorent ensemble ce rêve que le sommeil qui naît dans Les Appalaches vient doucement bercer. Des mots inconscients apparaissent furtivement et accompagnent l’errance de la musicienne dans des contrées sauvages, où le noir et blanc épouse le songe et le destin constamment recherché, celui qui est à portée de main mais que l’on ne fait qu’effleurer.

ATALAYE : Les textes des chansons !

atalaye-cover-cd

ATALAYE est le premier album de Watine en français, sublimation des mots, univers poétique et onirique où les références littéraires se bousculent et s’entrechoquent dans des textes d’une richesse infinie… à découvrir ici même pour tenter de saisir l’insaisissable…!

 

photo-cd2

Les Appalaches

Je m’endors dans les Appalaches, sous la pluie des Canadair
La course des mammouths envahit mon sang
Comme le dernier des Mohicans
Je m’endors dans les Appalaches sous le vol des goélands
Ce cri des oiseaux blancs dans les vents ascendants
Envahit tout mon temps
J’ai besoin de vivre en solitaire
Cà ne veut pas dire qu’entre nous c’est la guerre
C’est juste un bout du rêve qui nous échappe
Comme un morceau de nous deux que je détache

Je suis une femme qui court avec les loups
Et tous les coups, me sont permis, s’ils sont des coups de foudre

Prends ta mémoire si tu veux me voir
Moi, pendant ce temps-là j ‘envahirais d’autres couloirs
Je veux pouvoir offrir quelques fleurs du mal
Qui poussent dans mes désirs de femme – animal
Je m’endors dans les Appalaches
Sous le vent lourd de ma tempête
« Plonger au fond du gouffre, Enfer ou ciel qu’importe »
Au chant de Baudelaire, moi je m’ouvre la porte

Je suis une femme qui court avec les loups
Et tous les coups, me sont permis, dès lors qu’ils sont des coups de foudre
C’est juste un bout du rêve que plus rien ne me cache
Plus rien de mes désirs que je ne sache

Au pied des Appalaches, c’est là que je me tiens
La course des mammouths a commencé sa charge
« Sois sage ô ma douleur et tiens toi plus tranquille »
au chant de Baudelaire, moi je prends la quille..

sur-la-dune

Sur la Dune

Sur la dune, je n’en ai pas l’air
Je suis venue pour voir si je verrais plus clair
Et si d’aventure je saurais quoi faire
Sur la dune, je n’en ai pas l’air
Un soleil glacé brise la mer
Comme autant de couteaux sous les fils
De mon pull-over

La mer a des reflets d’argent
La mer a des reflets changeants

Au loin, les ancres marines
Rouillent fidèles au pied de leurs corps-morts
Elles savent que les marins ne s’attachent à rien
Les chardons en fleurs pointent leurs bleus
Aussi bleu que le souvenir d’elle dans tes yeux
IL n’y a pas de fumée dans vos jeux

La mer a des reflets d’argent
La mer a des reflets changeants

Sur la dune, je n’en ai pas l’air
Je suis venue pour tous les soleils incendiaires
Comme autant de lumières qui m’éclairent
Sous mon pull-over
Et je viens clouer mes repères
A la porte d’une cabane en verre
Histoire d’y voir le monde à travers
Je ne connais rien d’aussi téméraire

La mer a des reflets d’argent x 2
La mer a des reflets changeants

Anim sur la dune 2

A l’ombre des saules

Devant ce lac immobile, je n’ai aucun mobile
Pour sombrer comme je sombre à l’ombre des saules
Les diamants se portent mal sans les rivières
Et les petits ruisseaux dévalent sous mes paupières
J’étais faite pour toi comme les yeux pour pleurer
Comme une question qui brûle de n’être jamais posée

Fin d’une histoire et je retarde
Le début d’une autre
Combien de fois faudra-t-il encore que je me vautre
Quel est le parcours Que je peux faire sans faute

Peu importe lequel de nous a fourbi les armes
nous étions parfaits dans cette histoire de larmes

Fin d’une histoire et je retarde
Le début d’une autre
Combien de fois faudra-t-il encore que je me vautre
Quel est le parcours Que je peux faire sans faute

Sauf qu’un seul être me manque
Et tout se tait sans toi

Devant ce lac immobile, je n’ai aucun mobile
Pour sombrer comme je sombre à l’ombre des saules

la-raison-qui-me-pousse

La raison qui me pousse

Pour te dire la raison qui me pousse
A te dire toutes ces choses qui me touchent
Je vois le bonheur à nos trousses
Il faut entrer dans sa course

Et même si nos espoirs ne sont plus au long cours
Parce-que nos rêves ont souvent tourné court
Je reconnais les serrements du cœur
Je les reconnaîtrais par cœur

Quand c’est décembre sur les champs de neige
Et quand les oiseaux tremblent en froissant leurs ailes
Que font nos cendres sous le ciel de Flandre
Et que fait notre amour sous les cierges

Et même si nos serments ne sont plus à la fête
Pas plus que les avions qui volent dans nos têtes
Moi je reconnais les serrements du cœur
Je les reconnaîtrais par cœur

livret

Badaboum et Tralalère

Quand je ne partirai plus en guerre
Contre des moulins à vent
Et quand j’aurai appris à me taire
Face à leurs actes déments
Quand je serais ce vieil enfant

Quand je ne pourrais plus refaire le monde
Le monde que l’on fait en rêvant
J’aurais fini ma guerre
Contre ce putain de temps
Ce mécréant sans une ride
Qui jamais jamais ne comble le vide
Cet assassin après qui je cours
Ce putain de temps aveugle et sourd

Quand je ne grimperai plus dans les nids d’aigle
Quand je ne mettrai plus mon nez au vent
Je signerais des tas de lettres pour protéger vos enfants
Qui voudraient partir en guerre
Contre mes vieux moulins à vent
Badaboum et tralalère
J’aurais posé mon cul quelque part sur la terre

Bonjour fantômes de ma jeunesse,
C’est drôle, vous me faites du tremblement
Quand je vous vois à la recherche
De l’utopie, de meilleurs gens,
Moi aussi j’ai voulu de l’ivresse
De l’harmonie du sentiment
Mais je n’ai vu que la faiblesse
Des gens qui se mettent en avant

Badaboum et tralalère
Vous me trouverez le cul par terre
Au milieu des lettres que je ne vous ai jamais données
Mais qui vous diront combien j’ai marché,
combien j’ai chuté, combien j’ai aimé

photo-cd1

Elle ne sait pas

Elle ne sait pas comment faire
Pour dire au monde qu’il arrête
De faire la guerre,
Elle ne sait pas comment dire
Qu’il ne faut plus jamais détruire
Les cœurs des femmes
Les sœurs Anne
Ne vois tu rien venir
Sous tes larmes
Nos ultimes larmes
Pour combattre vos armes

Elle a mille ans de sagesse
Elle en a tant vu qui prêchent dans le désert
Pour des idées que les hommes ont oubliées
Au travers de tous les travers De la guerre
Elle a mille ans de sagesse
Elle en a tant vu qui prêchent dans le désert
Pour un idéal qui survit tant bien que mal

Elle ne sait pas comment dire
A ceux qui n’arrêtent pas de dire du mal de tout
Ceux qui savent crier au loup
Aucun royaume ne vaut une guerre
Au contraire
Notre temps sur terre n’est pas fait pour se combattre
Au contraire

Et pour tous ceux que l’on chasse
D’un lopin de terre au profit
Du grand profit de la guerre
Même si je ne sais pas comment faire
pour que l’on vous sorte de l’ornière
Je vous aime, je vous aime
Quand bien même

atalaye_nb_def

Ma Déchirure

Comme une silhouette sur fond brûlant
La caravane se pavane
En mirage inquiétant
Sous les masques des nuages
Qui s’agitent en grimaçant
Des fennecs hurlent comme des déments

Et moi je divague au pays du vent
Je divague à l’horizon sanguinolent
Brûlure de mon âme
Qui se souvient d’une flamme

C’est ma déchirure

Comme une sentinelle qui part à la dérive
L’homme n’a point de port, le temps n’a point de rives,
Mais l’homme est un dieu Qui se souvient des cieux
Ainsi toujours poussés vers de nouveaux rivages
Dans la nuit éternelle, emportés sans retour
Ne pourrais-je jamais sur l’océan des âges
Un seul jour

Jeter l’ancre Pour un seul jour
Jeter l’ancre au nom de l’amour
Rhinocéros à la corne mortelle
Mon coeur qui se fêle
Brûlure de mon âme
Qui se souvient d’une flamme

C’est ma déchirure

Mon âme est semblable à l’ oiseau de passage
Qui jamais ne niche sur le rivage

C’est ma déchirure
Ma déchirure

vinyl-lyrics vinyle

Précommandez Atalaye sur Microcultures !

bandeau_atalayeVous pouvez précommander, ATALAYE, mon nouvel album en français, qui sortira le 21 juin prochain, sur le site Microcultures ! A cette occasion, je vous propose de découvrir 3 nouveaux titres en exclusivité :

Les Appalaches

Elle ne sait pas

Badaboum et Tralalère

Suivez le lien : http://www.microcultures.fr/fr/project/view/atalaye

POURQUOI JE VIENS À VOUS ?

Ma route est singulière. J’ai toujours choisi l’auto-production sans doute parce que je ne rentrais dans aucun format et peut-être aussi par peur des contraintes et des exigences d’un label. Toujours peur d’y perdre mon âme, sauf à rencontrer le label qui… ! Après trois albums en anglais depuis 2006, trois compilations et une collaboration sur un album folk hommage à Emily Dickinson, c’est sur un projet en français que je travaille depuis 2013.
Cela n’a jamais été aussi clair dans ma tête. Pour cet album ATALAYE, on passe par un enregistrement à l’ancienne, dans un lieu dédié, avec des micros dans chaque pièce. Une prise et puis voilà ! Une mise en danger, non, juste une mise au point sur la réalité d’un instant capté : me montrer de chair et d’os, laisser revenir les fantômes de Satie et Fauré sur mes touches d’ivoire, prendre la plume française et la chanter de tout mon cœur. C’était l’étape anglaise dans un très joli manoir avec Ian Caple au son (photos et témoignages de Celine Cruz à parcourir ICI).

Ensuite vint l’étape francilienne avec la complicité de Paul Levis à la réalisation et aux arrangements finaux, pour construire un univers très organique traversé de fulgurances électroniques. Je voudrais remercier tout particulièrement ici mes musiciens, fidèles et talentueux, au premier rang desquels Arnaud Delannoy, brillant multi-instrumentiste qui a joué pas moins de 9 instruments sur cet album, Paul Levis et son extraordinaire intuition musicale et sa palette sonore délicate, Gaëlle Deblonde et Marc Denis pour leur implication artistique. Sans oublier Ian Burdge et Martyn Barker sur la période anglaise.

Et maintenant, il reste encore tant à faire ! Un beau CD avec un livret de 12 pages mais aussi le vinyle, tant la minutie organique du son le réclame. J’ai jusqu’à présent tout auto-produit mais j’ai besoin maintenant d’un sérieux coup de main financier pour aller au bout de ce projet. Microcultures me semblait être la plate-forme la plus enthousiasmante pour vous le présenter. La réponse bientôt et grâce à vous je l’espère.

 

Deezer m’a fait l’honneur de mettre ATALAYE en avant première sur sa page d’accueil, je vous invite à le découvrir, j’espère qu’il vous plaira !

Suivez le lien : http://www.deezer.com/album/10348372

ILS EN PARLENT !

pop-culture-cie

28/06/2015 - Matthieu Dufour
Atalaye est de ces œuvres contre lesquelles je ne peux pas lutter : pas les moyens, plus la force, et surtout pas vraiment l’envie. Comme si j’attendais ces morceaux depuis longtemps, comme si je les implorais en silence de venir chercher au fond de moi ces morceaux de polaroids écornés, ces grains de sables oubliés au fond des poches, ces lettres froissées, les vagues paisibles et empreintes d’un matin iodé à Mousterlin, les effluves puissantes d’une promenade dans les pins de la forêt landaise ou d’une plaine beauceronne surchauffée par le soleil d’août.
→ http://culturepopculture.com/2015/06/28/chronique-watine-atalaye/

 

IPR-logo

24/06/2015Yan Kouton
Catherine Watine, et ses mots en français nous font ressentir “la respiration menaçante” de l’existence. Ses beautés aussi. Elle signe avec ATALAYE une œuvre bouleversante. Un des disques en français les plus importants de ces dernières années. Sa Déchirure essentielle.
http://www.indiepoprock.fr/chroniques/albums/catherine-watine/atalaye/

indiemusic-logo
16/06/2015Raphaël Duprez
Il ne manquait plus à Watine, au fil de ses errances musicales en perpétuel mouvement, que la présence de la langue française au centre de mélodies et d’harmonies précises, méticuleuses et profondes. Avec « Atalaye », la grande dame se met à nu et réinvente à la perfection ses dons de créatrice et de compositrice. Avec une émotion totalement inédite et aussi fraîche que la plus tumultueuse des rivières…
→ http://www.indiemusic.fr/2015/06/16/watine-atalaye/

 

IPR-logo

22/05/2015Yan Kouton

Après le magnifique concert donné sur la Dame de Canton, Catherine Watine présente, sur Microcultures, ATALAYE. Enregistré dans des conditions somptueuses dans un manoir, avec Ian Caple. Pour découvrir “l’univers organique traversé de fulgurances électroniques” de cet album, où la voix de Catherine Watine résonne en français…
http://www.indiepoprock.fr/catherine-watine-atalaye-avec-microcultures/

 

benzine-logo 26/05/2015Benoît Richard

Alors si vous succombez au charme subtil des trois superbes chansons proposées en écoute, vous pouvez contribuer selon votre choix avec, comme souvent dans ce type de financement à la carte, un concert privé à la maison pour les plus généreux d’entre vous.
http://www.benzinemag.net/2015/05/26/watine-lance-son-nouvel-album-via-microcultures/

 

music-books-and-poems 26/05/2015Music Books And Poems

En tout cas, après avoir écouté les trois titres en écoute sur la page et avoir déjà eu le plaisir d’en découvrir auparavant deux autres, je suis impatient de détenir l’album pour de bon. Je ne sais si c’est le fait de chanter en français mais je suis encore plus sous le charme de la voix de Catherine Watine. 

http://musicbooksandpoems.hautetfort.com/archive/2015/05/26/un-album-a-soutenir-atalaye-de-watine-5629092.html